Jérôme et la fête des toutous



Jérôme et la fête des toutous
Auteure :  Lysette Brochu
Collection : Série Fêtes. Album pour enfants
Mars 2004, février 2007
Éditions du Vermillon
32 pages
Livre pour enfants de
deux à six ans
Prix: 6,95 $
Pour les quatre ans de Jérôme, toute sa famille s’est rassemblée pour le grand jour. Gâteau d’anniversaire et cadeaux sont au programme, une merveilleuse fête en somme. Mais à l’heure du coucher, l’enfant devient triste en pensant à ses pauvres toutous qui sont restés dans sa chambre et qui n’ont pas eu l’occasion de s’amuser.  Sa mère lui suggère alors de préparer une fête spéciale et d’y inviter ses animaux de peluche. Le garçonnet se réjouit d’avance et il partagera un bon moment de complicité avec sa maman.
Un album coloré avec de grandes illustrations joyeuses, et un texte rythmé, une formule « tendre » et rimée, qui plaira aux tout jeunes lecteurs d’un à cinq ans.
La fin du récit donne place au sourire, car le minois heureux de Jérôme apparaît bien barbouillé des gâteries qu’il a pourtant cuisinées pour ses amis, les toutous.

Lysette au Salon du livre de l’Outaouais

Voici un mot au sujet de l'illustratrice, Ghyslaine Levesque...
Ghyslaine Lévesque (baccalauréat en communication graphique, maîtrise en design graphique et multimédia) est lauréate du concours d’illustration international Videotex World et a remporté une mention d’excellence de la Société canadienne de l’aquarelle. Elle enseigne à l’École multidisciplinaire de l’image de l’UQO.

Le livre préféré de
Maxime Roy-Bordeleau

...et il le connaît par coeur.
Micheline Roy, sa grand-mère de Ste-Élie de Caxton




photo

COMMENTAIRES :


Lysette,
mon beau-père (sur l'invitation de ma fille) a lu
La fête des toutous et il a franchement apprécié. Comme il lisait à voix haute dans la cuisine, j'ai entendu les commentaires qu'il faisait à mesure : «Eh mon Dieu! deux jours de suite à manger de même!». Et quand à la fin la maman parle de retourner aux repas santé, «Ah me semblait aussi!» Il a complètement oublié qu'on était là! J'ai bien rie. Il était pas mal épaté quand je lui ai dit que c'était le livre de mon amie auteure… 
Suzie Bond, le 25 novembre 2013

Bonjour Mme Brochu,
J'ai suggéré votre livre parmi mes coups de coeur parce que je le trouvais vraiment mignon. Et il faut dire que j'ai conservé mon coeur d'enfant et... mes toutous... alors votre histoire me touchait...
Continuez votre beau travail!
Au plaisir,
Christine Michaud
Animatrice Coup de Coeur Littéraire
Canal Vox
990, Roger-Doucet, Boucherville, QC, J4B 8G6
450-449-4145
chrismi@sympatico.ca
Courriel reçu le 12 août 2004

Bonjour Lysette,
Maxime, 3 ans, à qui j'ai donné le petit livre "Jérôme..."  en novembre, le connait déjà par coeur, il demande à se le faire lire tous les jours,  et Isabelle s'est aperçu qu'il continuait l'histoire lorsqu'elle arrêtait de lire....
Micheline

Bonjour Lysette,
Xavier et Léanne se sont fait une liste des activités qu'ils voulaient réaliser cet été et une de celles-là étaient la "fête des toutous", comme Jérôme. Je te fais parvenir quelques photos de ce bel avant-midi.

image2 image3

Ma chère Lysette,
Les dessins de Ghyslaine sont appropriés au sujet de fête. Ils sont clairs et invitants, qualité des bandes dessinées : exprimer le moment présent, l’urgence de l’image prenant forme à travers l’actualité d’un tableau vivant. Elles sont avec l'écrit agréables à lire.
En somme, un grand succès! L'énergie qui se dégage de l'ensemble donne le goût de poursuivre l'histoire pour savoir ce qui va arriver. Les enfants seront ravis ainsi que les parents devant cet album haut en

couleurs. Toute mon admiration!
Claire

Chère Lysette,
Message après avoir écouté l'émission radiophonique sur le site de Québec loisirs :
Oh, comme c'etait agréable de t'entendre! Même si c'est par Internet. Bravo et félicitations pour
Jérôme et la fête des toutous. Trés intéressant!
C'est bien vrai que les enfants confondent les toutous et les personnes.
Quand notre fiston avait cinq ans et que nous étions en vacances au Brésil, je lui ai demané de laisser ses toutous là-bàs pour les petits enfants qui aimaient jouer avec. Je lui en acheterais d'autres, ici au Canada. Il est devenu tout triste et a dit: " Mais, maman, j'aimerais bien leur donner, puisque ici, à Codo (c'est le nom de ma ville) il n'y en n'a pas, mas je ne peux pas leur laisser, parce que Petit bleu, Ourson et Minet (c'etait les noms des ses 3 toutous) ne savent pas parler le portugais. Ils vont être très triste, sans rien comprendre, et, en plus ils vont penser que je les ai abandonnés ici. Non maman, je ne peux pas les laisser mes toutous, ils vont pleurer beaucoup.
Pour lui c'était sérieux et vrai. Laisser ses toutous c'était comme si je le laissais là-bas, donc les toutous allaient sentir la même chose qu'il sentirait, (il ne parlait pas le portugais à cette époque, seulement quelques mots). Nous n'avons pas laissé ses toutous là-bas.
Francisca Lula

Chronique que vous pouvez écouter sur le site Internet de Québec-Loisirs.
Saison 2004-2005, chronique no 20
Cliquez :

http://www.quebecloisirs.com/toast/chroniquetoastetcafeetchocolat.jsp

Critique:
Lurelu, vol. 27, no 2, automne 2004, p. 20