Écrire au courant de la plume

Ecrire au courant de la plume_C1
Écrire au courant de la plume
Récits, réflexions et nouvelles
Les Éditions de la francophonie
Prix : 24,95$
Décembre 2020
ISBN 978-2-89627-670-7
***



IMG_4490

***
Critique littéraire

1. Le mardi 25 mai 2021




Ecrire au courant de la plume_C1

Bonjour, chère Lysette, bonjour, cher Maurice,

Lysette, j’ai lu avec attention et grand plaisir ton livre Écrire au courant de la plume. Récits, réflexions et nouvelles.

Avec grand plaisir, car tu nous offres des aspects de ta vie, en compagnie de Maurice, des enfants et petits-enfants, et de la famille. Nous partageons vos beaux Noëls et vos joyeuses fêtes! Quel hommage à votre père si extraordinaire!
 
C’est très intéressant.
Mon chapitre préféré est celui où vous êtes, les enfants, en train de faire les courses pour votre papa qui lit son journal en attendant que vous remplissiez le chariot.
Je trouve ça amusant, dynamique et tellement vrai.
Il y a beaucoup de souvenirs très bien présentés, le diplôme du père, dont je parlais, le poète tombé du ciel, c’est très touchant, la réception de monseigneur, des passages dramatiques, l’autoroute des larmes, des pages spirituelles aussi comme la visite à Assise, et finalement la rencontre avec un saint François un peu déroutant.
J’aime aussi tes citations de grands auteurs.

Ton questionnement durant les insomnies rejoint nombre de personnes, c’est bien formulé.

Tu soulignes fort bien tout le travail de Jacques Flamand et de Monique Bertoli.

Ta foi est éclairante, tu n’es pas repliée sur toi-même, tu es attentive à la misère de tout le monde, tu es très humaine, et tu conclus avec le plus grand des poètes!

Les Éditions de la francophonie ont façonné un beau livre; les photographies apportent un complément de chaleur humaine.

Tu as énormément travaillé pour ce livre, qui est un reflet de ta vie d’attention aux autres, de quête constante de la beauté chez l’autre.

Chère Lysette, continue à écrire, ta plume nous est essentielle. Je suis certain que lectrices et lecteurs cueilleront dans tes pages des réflexions pour la vie et aussi des aides pour surmonter les difficultés du quotidien, et peut-être trouver, comme toi, leur voie dans une spiritualité à l’écoute des autres. 

Félicitations chère Lysette, bonne écriture et toutes nos amitiés à toi et à Maurice.

Jean-Louis et Michel

2. Le vendredi 15 octobre 2021

Salut Lysette,
J'avais offert ton dernier livre en cadeau d'anniversaire à mon amie Esther, et voilà le commentaire qu'elle m'a fait parvenir.
Bonsoir Francisca,

...Ce qui m'a permis de lire Lysette Brochu plus rapidement. Elle est une écrivaine ethno-anthropologue, non, réellement. Elle observe et décrit le terrain, comme le disent les chercheurs, admirablement. J'ai adoré ces petits et grands récits de la vie, tantôt avec humour, avec tendresse et surtout avec l'oeil de faucon écrivain qui perçoit et choisit. Ne penses-tu pas? 
Esther

***
Une recension
du livre
Écrire au courant de la plume de Lysette
par Hédi Bouraoui.

Ecrire au courant de la plume_C1

*

Livre stimulant et en tout genre
Lysette Brochu, Écrire au courant de la plume.
Caraquet, N.-B. : Les Éditions de la Francophonie, 2020. 230 p.
Je tiens à féliciter Lysette Brochu pour avoir réussi à faire publier un livre en tout genre, même si elle n’en a listé que trois sur la page couverture : récits, réflexions, et nouvelles. En jetant un coup d’œil à la Table des Matières, on peut mentionner les têtes de chapitre : Récits et tableaux de vie, Lettres, Entrevues, Éloges funèbres, Hommages, Discours, Réflexions, Souvenirs et confidences, Nouvelles et petites histoires bien effrayantes, Récit de voyage. Lysette Brochu est très connue par ses nombreux écrits, la plupart publiés aux Éditions du Vermillon. Et comme elle donnait un coup de main à cette Maison d’édition dans les Salons du livre de notre province, j’ai eu le bonheur et le plaisir de la rencontrer avec Maurice, son mari. D’ailleurs, celui-ci prenait des photos de l’écrivaine qui sont présentes dans ce livre. L’écriture de Lysette est assez poétique, classique d’une certaine manière, mais qui inclut aussi les pressions du parler local ontarien. Pour aiguiser l’intérêt de lecture de ce beau livre, je dirai quelques mots de quelques-unes de ses parties.


RÉCITS ET TABLEAUX DE VIE

Les petits doigts de mon père : L’histoire intime de la fillette de 13 ans, envoyée en ville par sa mère afin d’acheter une bague pour célébrer l’anniversaire de son père. La chute de cette histoire est assez surprenante. Noble père : L’histoire d’un père couronné par sa famille lors d’une remise d’un diplôme d’études secondaires, et qui finit ainsi : « Il mérite un doctorat honoris causa comme Pater familias itou … » (30). Une cérémonie de « graduation » plus ou moins solennelle, mais qui ne manque pas de touches d’humour (captée en images par Maurice Brochu). Un poète tombé du ciel : Rencontre d’un poète français lors d’une soirée au restaurant dans les Laurentides, années ‘80. Lysette reçoit le conseil de ce poète ambulant, Grégoire Brainin dit Moineau : « Eh bien, Madame! Il ne faut pas juste lire, il faut écrire et écrire, pour l’amour des mots, de la littérature, de la vie. Raconter ses propres histoires par écrit, c’est sacré ! » (36). Devinez qui viendra dîner ? C’est la visite du nouvel évêque, Monseigneur Roger Ébacher, à la Polyvalente de Hull-Gatineau lorsque Lysette était « . . . animatrice de pastorale » (39). Voici alors son credo : « … d’abord servir de mon mieux Dieu, l’Église, ma patrie, aider mon prochain en toutes circonstances, et enfin observer la devise et le slogan scouts : toujours prête » (39). Le bonheur est dans la soupe : une anecdote au Salon du livre de Montréal, 2005, où Lysette et son époux se reposent et prennent une soupe quand une inconnue s’assied près d’eux. Cette étrangère voudrait que « quelqu’un » raconte son histoire. Et Lysette de répondre, « Je ne suis pas biographe, mais… » Surprise à la fin avec analogie d’un cuisinier. Intermède inattendu à Assise : C’est la rencontre d’un pauvre homme prosterné en prières. Les apitoiements de la foule et une question en sourdine dérangent les touristes. Le pape François actuel est attendu. « Prendra-t-il prochainement son bâton de pèlerin afin de marcher sur les traces de celui dont il a pris le nom afin de retrouver l’esprit de charité qui animait le grand Saint de la paix ? » (56). Folle nuit blanche, décembre 2017 : Insomnie et cauchemars. Pensées qui obsèdent et qui hantent, regrets et remords qui remontent le fil du temps, préoccupations du jour, peurs réelles et irréelles… Enfin, elle dort. En effet, « le sommeil est sacré » (64).

LETTRES…

Lettre à une jeune femme en deuil de sa jumelle : Dans cette lettre, Lysette se révèle débordante de sagesse et d’altruisme pour une femme qu’elle n’a rencontrée qu’une seule fois, et qu’elle souhaite pouvoir aider en allégeant sa souffrance, lui permettre d’expurger angoisse et tristesse. Suis-je atteinte de Tsundoku ? Collectionner des livres qui remplissent tous les espaces de l’auteure au point où elle écrit à son médecin : Docteur, suis-je malade, atteinte de Tsundoku ? Annonce de l’anniversaire de mariage : de 15 mars 1969-15 mars 2019. Lettre à mon mari à l’occasion de ses 80 ans : Très belle lettre d’amour que tout époux voudrait recevoir. Le tout accompagné de photos de toute la famille.

ENTREVUE, ÉLOGES FUNÈBRES, HOMMAGES…

Les Éditions du Vermillon : Trente Ans de dévouement Entrevue : Très belle entrevue de la Directrice générale des Éditions du Vermillon, Monique Bertoli, et de Jacques Flamand, Directeur littéraire : comment ils se sont rencontrés, formé un couple ? Ce sont tous les deux des travailleurs acharnés par amour des lettres et des connaissances. A-t-on le droit de diriger la lumière sur une fleur d’ombre ? – « Comme une petite violette du Canada dont la feuille est en forme de cœur, Monique est une plante très généreuse, belle, discrète et naturellement gracieuse. Elle incarne les valeurs qui font d’une personne un être d’exception. Il y a longtemps que je l’ai choisie comme modèle à suivre… » (111-12). Adieu Jacques : Cet hommage a été publié dans la Revue CMC Review 4 : 2 (2017).


DISCOURS, RÉFLEXION, SOUVENIRS ET CONFIDENCES…

Discours sur le bonheur : Ici, Lysette donne de bons conseils aux finissants et finissantes lors « de la collation des grades, au nom de toute la communauté universitaire » (129). Elle donne aussi de très belles définitions, dont je retiens : « Le bonheur se réveille au plus profond de nous-mêmes, dans nos aspirations vers le Beau, le Vrai, le Bien » (130). Souvenirs et Confidences : Lysette nous raconte ici ses aventures à écrire ses premiers poèmes et livres pour la jeunesse. Elle nous raconte les affres de la publication, ses échecs et ses encouragements, ses déceptions et ses succès… Et elle finit par donner des conseils aux écrivains en herbe.


NOUVELLES ET PETITES HISTOIRES BIEN EFFRAYANTES…

Jusqu’au bout de la nuit : C’est l’histoire d’un couple amoureux qui est marié depuis soixante-dix ans. Leur fille, Colette, après avoir passé du temps avec eux lors de leurs derniers moments, décide, très dramatiquement, de voir à les enterrer dans le même cercueil. Et Colette réfléchit. Elle en arrive à souhaiter enterrer la hache de guerre pour, peut-être, revenir à son mari. « Comme épitaphe pour ses parents, elle choisit ce qu’avait fait graver Claudel sur la pierre tombale de sa Rosalie, l’amour de sa vie : ‘Seule la rose est assez fragile pour exprimer l’éternité’ » (178). Carillon de gratitude : Lady Aberdeen, « presbytérienne convaincue » (183), est tombée avec les chevaux de son carrosse dans l’eau de la Gatineau. Repêchée, elle commande une cloche de 164 kilogrammes pour le curé de l’Église Saint-François-de-Sales, Gatineau. Nuit de fiançailles : fait divers « en partie inspiré d’une histoire réelle, un meurtre qui a eu lieu à Gatineau en 1999 » (194). Retenons cette citation que nous aimons particulièrement de Scott Fitzgerald, « Dans la nuit noire de l’âme, il est toujours trois heures du matin » (189). Lysette a tendance à traduire les faits divers grotesques, selon la tradition gothique très populaire au Québec.

RÉCIT DE VOYAGE

Une Virée en Grande –Bretagne Avec sa sœur Lynne, diamétralement opposée à elle, point de vue du caractère, Lysette fait un voyage en Grande-Bretagne tout en révélant qu’elle connaît parfaitement les cultures anglaise, londonienne, écossaise et autres. Elle cite même les auteurs nés à Londres : « Robert Browning, Lord Byron, Daniel Defoe, Daphne du Maurier, Virginia Woolf et tant d’autres » (202) ; des lieux très renommés, comme Oxford University ; des dires de Churchill. Un matin, avant leur visite à Stratford-on-Avon, sa sœur lui récite les passages de la scène 1 de l’acte 1 de Twelfth Night : « If music be the food of love, play on » (205-06). Puis on rencontre les personnalités célèbres d’Édimbourg : Alexander Graham Bell, Tony Blair, Sean Connery, Arthur Conan Doyle (208). Elle parle de Harry Potter, et évoque les Beatles, cite même quelques-uns des vers de leurs chansons : « Bright are the stars that shine/ Dark is the sky/ I know this love of mine/ Will never die/ And I love her » (Lennon-McCartney, “And I Love Her,” 1964) (212). Et “Oh yeah, I’ll tell you somethin’/ I think you’ll understand/ When I say that somethin’/ I want to hold your hand . . . “ (Lennon-McCartney, “I Want to Hold Your Hand,” 1963) (213). Au pays de Galles, elle évoque Tolkien et la poétesse Elizabeth Barrett Browning (215). De retour en Angleterre, à Bath, elle se remémore la vie de Jane Austen, « qui vécut dans la spa city, pendant neuf ans » (215). Elle achète une tasse Jane Austen qui « présente son image ainsi qu’une collection de citations et d’extraits de son travail » (216). Cette évocation fera plaisir à Elizabeth Sabiston, notre Directrice du CMC et de la Revue CMC Review, une grande spécialiste de cette auteure. Ce beau livre tous genres se termine par les textos de Lysette à Maurice, un partage d’expériences et de sentiments. Enfin, elle produit dans son livre la légende écossaise des Kelpies, avec la photo de la tête et du cou des deux chevaux (218) : « Les Kelpies sont des êtres aquatiques vivant dans les rivières et dans les lochs écossais… Un des Kelpies les plus connus d’Écosse est bien sûr le monstre du Loch Ness » (219). À lire absolument, car tout lecteur/toute lectrice ne manquera pas de découvrir une auteure chevronnée, étayant son point de vue sur des personnes, des personnalités, des auteurs, des artistes… toutes sortes de cultures les plus variées, transcrites dans un style poétique qui émerge naturellement du « courant de la plume. »   Hédi Bouraoui
York University, Toronto

Hédi Bouraoui, né le 16 juillet 1932 à Sfax, est un poète, nouvelliste et universitaire tuniso-canadien. Il traite régulièrement des thèmes incluant la transcendance des frontières culturelles. Il passe sa jeunesse en France, puis part vivre au Canada. Après avoir suivi ses études secondaires au lycée Maréchal-Lannes de Lectoure (Gers), puis étudié les littératures française, anglaise et américaine en France puis aux États-Unis, il rejoint l'université York de Toronto, en 1966, où il enseigne les littératures françaises et anglaises en se spécialisant dans les littératures africaine, caribéenne, et franco-ontarienne. Il lance également le centre Canada-Méditerranée (CMC) au sein de l’université. En mai 2003, il est fait docteur honoris causa de l'université Laurentienne de Sudbury en Ontario en reconnaissance de ses contributions à la littérature canadienne et mondiale. Il reçoit également de nombreux prix littéraires au Canada, en France et en Tunisie. Il est membre du comité d'honneur de la Maison internationale des poètes et des écrivains de Saint-Malo. Professeur émérite à l'université de Toronto, il est membre de l'Académie des lettres et des sciences humaines de la Société royale du Canada. En 2004, il est récipiendaire du prix du Nouvel-Ontario pour l'ensemble de son œuvre. On lui doit également une cinquantaine d'ouvrages, le plus souvent axés sur diverses facettes de la pluralité culturelle. Son conte poétique Rose des sables et son roman Ainsi parle la Tour CN ont remporté le Grand Prix du Salon du livre de Toronto, respectivement en 1998 et 2005. En 2016, il est mis à l'honneur au lycée Notre-Dame-des-Aydes de Blois avec une exposition raisonnée de ses écrits au centre de documentation et d'information de l'établissement.

***



Commentaires

***

Le 11 février
Merci Lysette Je viens de lire ton dernier livre..... que j’ai bien aimé. De beau souvenirs ! Lire un livre et que l’on a connu les personnages c’est spécial.  
Je les visualisais et même j’entendais leur voix.  De bonnes anecdotes aussi. Bonne journée 🌺😘
Marie-Claire
***
Écrire au courant de la plume
-Super ! 
février/2021
Lire ton livre « Écrire au courant de la plume » ç'a été un délice pour moi, à 99%, disons-le. Oui, parce que les deux histoires sur des meurtres m’ont fait trembler, être angoissée. Oui, je sais que cela était basé sur la réalité, que cela existe trop souvent et qu’il faut la voir face à face…
  Dieu merci qu’il y a eu les 99% qui m’a fait rire et pleurer d’émotion et de joie. Cela c’est bien Lysette. Je voyais la gamine arriver au magasin pour acheter une alliance pour son père, mais sans savoir qu’il y avait des différentes grandeurs…
Et ton père, oh ! Quelle fierté et quelle noblesse d’esprit d’accepter, toujours de bonne humeur, d’être fêté, pour son diplôme d’étude secondaire, par ses propres enfants qui étaient déjà des avocats. Je donnerais un bec à ton père si je l’avais rencontré.
La fête de Noël, j’ai pleuré, comme si j’étais sur place à voir toute cette chaleur humaine, tout cet échange: donner et recevoir. Cette solidarité au tour de la fête de Noël…
Le passage sur Anita, quel bel hommage lui as-tu fait, en disant combien présente elle était à chaque minute que la vie lui accordait. Quels courage, détermination et sagesse elle avait! Tout cela lui donnait la certitude qu’elle avait une mission dans ce monde. Tu m’as fait aimer cette femme sans la connaitre.
Passage sur Janine, j’ai pleuré aussi au passage des derniers jours du papa de Janine. Il a été chanceux en ses derniers moments. Sa fille a vu l’espérance, sur les pétales de violettes. Le pouvoir du silence ! …
Beaucoup d’autres passages m’ont fait rire, surtout pendant 
la visite de monseigneur ÉbacherJ'ai assez ri de l'histoire de ton bonhomme, qui ne pouvait pas prononcer Monseigneur Ébacher et qui a sauté sur l'occasion quand monseigneur lui a dit de l'appeler Roger…
Francisca

***

Le 29 janvier 2021
Écrire au courant de la plume est un livre comme une collection de souvenirs, d’anecdotes et de réflexions. Dès le début, je savais que j’entrais dans ton monde. Je t’ai reconnu. Ton habileté à raconter une histoire mais surtout parce que chacun des textes contient une valeur qui te dévoile. C’est avec un regard tourné vers les autres et un profond altruisme que les mots s’enchaînent. Il y a aussi l’Amour Infini pour ton mari d’une vie et l’expression de ta foi qui se distingue. J’ai souvent été émue, j’ai ri et j’ai aussi été intriguée. L’amalgame de jeux de mots, le rythme et les suites d’idées dans Folle nuit blanche en ont fait mon coup-de-cœur.
Merci pour tant de beauté !
Manon xx

***
Bonsoir chère Lysette,
Je continue de revisiter avec toi ces coins de ta vie, ces coins de pays que tu as visités.
La nuit dernière a été une folle nuit blanche pour moi. Ce qu’il peut nous en passer des choses par la tête quand le sommeil ne vient pas ! Il faut dire que j’avais mal à la tête, ce qui n’a pas aidé. Aujourd’hui, c’est mieux et j’espère dormir sans rêves. Il y a tellement de monde dans mes rêves !
Ce soir, vais-je rêver à ton pauvre
moine d’Assise ? C’est certain que pour moi, il représente tous nos sans-abri. Ils ne sont peut-être pas prostrés dans une longue prière, mais leur vie n’est-elle pas inconsciemment une ardente prière, une supplique pour un monde meilleur où ils auraient leur place ? Chose certaine, la belle chanson de Raymond L. a tout à fait sa place partout. Quand les hommes vivront d’amour… C’est un peu comme la prière de saint François Seigneur fais de moi un instrument de ta paix.
La mort de ton oncle Hubert m’a beaucoup touchée. Elle est tellement d’actualité avec la situation actuelle des CSLD. Quelle tristesse et quelle honte dans notre pays riche ! Tout comme la situation des sans-abri. Je crois et surtout j’espère que la Covid apportera des changements très positifs. Je ne juge pas ta cousine Anne de ne pas avoir été présente aux funérailles de son père, mais c’est avec émotion que je pense à toutes ces familles qui ont vu le rideau tomber sur une personne chère sans pouvoir être auprès d’elle. Merci, mon Dieu, d’être venu chercher Richard avant la pandémie !
Votre Noël style CNA est très impressionnant. C’est incroyable ce qu’on peut faire quand on travaille tous ensemble. Que de beaux souvenirs cela laisse ! Noël 2020 a été bien différent, mais je crois qu’une fois la pandémie vraiment passée, les familles et les amis vont se reprendre. Nos traditions sont importantes et il faut les sauvegarder, les transmettre.
J’ai été très émue en lisant
Les obsèques d’Angèle. Je ne sais pourquoi, mais ça m’a fait penser aux funérailles de Liane Michaud. J’ai pleuré en lisant comment David avait gardé un souvenir réconfortant de Marie-Rose qui vous a tout de suite reconnus, qui vous aimait sûrement beaucoup. Elle et Claire ne savaient sans doute pas quelles belles traces elles avaient laissées dans vos cœurs d’enfants. J’ai aussi pleuré en lisant que la fille d’Angèle avait adopté neuf petits Africains. De les voir tous là qui pleurent et qui prient pour leur grand-maman d’amour, ça va droit au cœur. Et de savoir que David sent des morceaux de son coeur se recoller, ça me réjouit.
Bon, assez voyager avec toi pour aujourd’hui.
Merci, bravo et bonne nuit toute paisible !

Colette

***

Le 27 janvier 2021
Coucou ma belle mamie Lysette ! 
J’espère que tu vas bien aujourd’hui. J’ai commencé l’école en ligne ce lundi et tout se passe bien. C’est ma dernière session au Cégep et j’ai très hâte d’avoir mon diplôme ! Obélix le chat me tient compagnie pendant que je fais mes études. (Je te donne des nouvelles vu que ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vues en vrai 😜). 
Je voulais prendre quelques jours pour faire mûrir mon commentaire sur ton livre avant de te l’envoyer. Hihi ! 
D’abord, j’ai
vraiment aimé ton livre, Écrire au courant de la plume, que j’ai trouvé à la fois rafraîchissant et émouvant. 
Les tranches de vie et lettres que tu as partagées m’ont fait sentir plus proche de toi. Plus je lisais et plus j’en apprenais plus sur ta vie, ton père, tes traditions de Noël, et plus encore. C’était tellement bon, bravo ! J’avoue aussi que j’ai versé quelques larmes -dans la lettre que tu adresses à la dame qui a perdu sa sœur jumelle, par exemple. On ressentait toutes les émotions qu’elle a dû vivre à travers ta plume. 
Sinon, j’ai aussi apprécié la qualité du roman. Le livre en tant que tel est magnifique ! Les images à l’intérieur rendent le tout plus personnel. En bref, je conseillerais ce livre à tout le monde. 
Merci pour les beaux moments que j’ai passé à te lire mamie. Bravo encore ! 
Je t’aime fort et j’ai hâte de te voir, 
Caro xox

*** 

Le 27 janvier 2021
Écrire au courant de la plume :
Quelle belle surprise de la part des Éditions de la francophonie ! Enfin, cela ne m’étonne pas car tu écris tellement bien. Je me réjouis avec toi et je te félicite... 
Je crois que c’était la meilleure suggestion à faire au père Noël ! Youpi, chère Lysette, mon cadeau de Noël est déjà arrivé ! Je suis allée chercher mon courrier un peu avant 6 h et j’ai été toute surprise et heureuse de le trouver. J’ai mis des gants pour l’ouvrir tout de suite car je me sentais incapable d’attendre…
Mes impressions en le sortant de l’enveloppe : petite déception pour la couleur différente de ce que tu nous as envoyé. Sur fond blanc, le rose ressortait mieux. J’aime moins le fond crème-jaune, mais c’est tout de même un beau bouquin et tu peux en être fière. Pour les photos, même si ce sont de vieilles photos, elles pourraient être un peu plus claires. Certaines sont assez récentes, comme celles du Sentier des auteur-e-s. Celles de votre 50anniversaire de mariage et de votre belle grande famille semblent mieux.
...J’ai rapidement feuilleté le livre pour le contenu qui semble très intéressant, je n’en doute pas. Il est bien divisé. J’aime la mise en page où tout respire. De beaux titres bien clairs, des citations, des bouts de chansons, des extraits de poèmes, une grande variété de thèmes et toutes sortes de belles affaires que j’ai hâte de lire... 
...Hier soir, j’ai lu Les petits doigts de mon père et Panier percé. J’ai beaucoup ri. Ensuite, j’ai lu Noble père qui m’a fait pleurer. C’était touchant et ça me faisait penser à mon propre papa. Avec la fête de la graduation, je me suis toutefois remise à rire. L’atmosphère était très joviale. Oui, on aime l’hommage rendu à ton père, Lysette, tout comme à tant d’autres personnes…
J’ai bien aimé ton hommage au poète Moineau, un poète tombé du ciel.
Que j’ai pensé à toi la nuit dernière ! Tu sais, ces folles nuits blanches ! 
Je comprends ta petite-fille d’avoir été très touchée par ta lettre à une personne qui a perdu sa jumelle, sans doute un morceau d’elle-même. Moi, j’ai sympathisé surtout avec les couples âgés qui sentent que l’un d’eux va partir – un morceau, une moitié qui leur sera enlevés. C’est tellement pénible.
  ...J’ai été très heureuse de relire ton adieu à Anita, cette grande dame tant aimée. Tu es vraiment gentille de nous avoir cités, Rhéal, Denise et moi et d’avoir ajouté un commentaire de mon cousin Michel. Très touchant !
De la même façon, l’entrevue et l’hommage à Jacques et Monique m’ont beaucoup touchée. Quel couple ! Et la pauvre Monique qui doit continuer seule ! …c’est certain qu’une partie de son bonheur lui a été arrachée. Je suis arrivée à ton Récit de voyage avec la Virée en Grande-Bretagne. Bien sûr que je vais compléter ce voyage avec vous d’ici samedi. Ton livre est très intéressant. Je t’en reparlerai...
Colette S-D
***

Le 24 janvier 2021
Bon dimanche ma belle amie,
J'ai trouvé intéressant de lire ton nouveau bébé... j'ai ri à haute voix quand tu parles de notre Robert avec Monseigneur Ébacher, j'ai souri quand tu écris pour Lise et Normand, qui sans les connaître physiquement je les connais à travers nos discussions, je me souviens de Mario et Euler, je peux te suivre dans plusieurs de tes écrits…
Et pour ton parcours poétique : Tellement contente de connaître une star.... un bel accomplissement.... tu travailles avec ta tête, tes expériences et surtout avec ton coeur.
Thérèse

***


Le 17 janvier 2021
J'ai commencé la lecture du livre Écrire au courant de la plume... Je suis touchée, émue, par chacun de ces textes..Encore une fois, c'est du bonheur pur que de te lire. Je viens de terminer «Lettre à une jeune femme en deuil de sa jumelle.» Ouff !! j'en ai apprécié chaque ligne.
Plus tard:
Dès que j'ai reçu ton livre format papier aujourd'hui, je me suis aussitôt plongée dans la suite de ma lecture d'hier débutée en numérique. Et voici qu'en regardant à l'endos, je viens de découvrir un commentaire que j'avais déjà écrit au sujet d'autres de tes livres. Je pourrais en dire tout autant pour ton nouveau livre que je viens de terminer tout d'un trait. Je suis vraiment touchée que tu aies pensé ajouter ce commentaire sur ta 4e de couverture. Je suis également fière d'être associée indirectement à tes œuvres. Quelle merveilleuse surprise en ce temps particulier de la pandémie. Merci !
Denyse Marleau
Animatrice - Émission Pastiche ,
CHUO FM, 89,1

soeursmarleau.com

***

Le 15 janvier 2021
Coucou mamie !
J’espère que toi et papi allez bien
🥰 De notre bord, on va bien mais on s’ennuie beaucoup de nos visites quotidiennes chez vous... On a vraiment hâte de vous revoir !
Je t’écris ce courriel car je viens de terminer ton livre, et WOW ! J’ai vraiment adoré... J’ai découvert une facette de toi, des anecdotes sur ta vie, qui me permettent d’apprendre à mieux de connaître. Je suis vraiment reconnaissante d’avoir une mamie aussi inspirante, talentueuse et intéressante! J’ai trouvé que ton livre est vraiment super bien écrit, et j’ai ressenti une panoplie d’émotions au fil de ma lecture. J’ai été particulièrement émue par ta « Lettre à une jeune femme en deuil de sa jumelle ». J’ai même dû prendre une pause de ma lecture... Puisque je suis moi-même une jumelle, j’imagine que ça vient chercher quelque chose en moi de profond. Mais j’ai aussi beaucoup ris de « Suis-je atteinte du tsundoku ? » et j’ai été très intéressée par ta vision du bonheur dans ton « Discours sur le bonheur ». Je la partage entièrement 🔆 J’ai beaucoup aimé te lire et j’ai vraiment dévoré ton livre, et je voulais te remercier pour cette belle lecture ❤️
Véro xoxoxox

***

Le 2 janvier 2021

Bonne et heureuse année à toi et toute ta famille.
J'ai passé des moments si agréables en lisant "
Ecrire au courant de la plume" ! Rires aux funérailles d'Angèle, ou Les petits doigts de mon père et Changement de tête. Quelques larmes : les textes sur Jacques F. et Monique. Stupéfaction à la lecture de Nuit de fiançailles et Au dernier coup de minuit. De très belles émotions et partout, on retrouve notre Lysette, son empathie, son amour de la vie bien entretenue par Maurice, son espérance et sa force devant les embûches. Merci, je t'aime.
Georgette
***

Le 16 décembre 2020
Salut Lysette,
Toutes nos (Charles et moi) félicitations pour ce beau livre! J’intitulerais plutôt « Être au courant de la plume » car ton âme y est! Ce sont des tableaux de vie imprégnés d’une grande tendresse, trait qui est ta marque de commerce. (Un poète tombé du ciel)
Oui, une vraie « Vincentienne », « la source de ta vocation vincentienne est à la fois humaine et divine: c’est l ‘angoisse ressentie au spectacle de la souffrance d’un autre être humain, la réaction spontanée de sympathie etc. » « Référence de la Règle de la St-Vincent de Paul du Canada », (Intermède inattendu à Assise).
Je me suis esclaffée à imaginer Robert donner une claque dans le dos de Monseigneur Ébacher en l’appelant Rodge (Devinez qui viendra dîner) et j’ai été émue de lire tout ce qui concerne notre papa. (Surtout Panier percé car toute la tendresse et générosité de notre père est ressentie dans la dernière phrase du récit) ....j’adore et que dire de « Noble père », récit très émouvant! J’aime tes fins de textes « c’est toi qui as toujours dit que j’avais les mains de mon père, non? » (Les petits doigts de mon père, Nuit de fiançailles etc)
Enfin, j’ai relu avec grand plaisir ton (notre)récit de voyage et j’en conserve pour toujours, un excellent souvenir (du voyage et du récit).
Ton amour des autres, ton chéri, tes enfants, tes amis font l’objet de témoignages élogieux de ta part! Tu ne seras jamais oubliée chère sœur car tes récits vivront éternellement dans nos bibliothèques et surtout dans nos cœurs.
Bravo encore. Lynne 🌹
***

Le 17 Décembre 2020
Bonjour ma belle Lysette,
Je suis entrain de lire ton livre. Quel baume pour l’âme! Ton authenticité, ta transparence, ta foi, ton amour pour tous ceux que tu croises sur ta route me touchent énormément. Oui! C’est tellement bon pour mon âme! Que de bonheur de lire tes récits de vie, tes textes racontés avec amour, humour et quelle belle façon de nous faire rencontrer ta famille. On ne se lasse pas de te lire pour découvrir ton humanisme, ta grande générosité d’âme, ton amour pour ta famille et ton Maurice et de nous faire vivre des bribes de tendresse, de tristesse et de Vie. Que je t’aime ma belle Lysette ! Merci de partager ta vulnérabilité, ta foi, et tout ton être dans tes écrits, ça me touche beaucoup,
Merci d’être là mon amie.
Lise
***

Le 17 décembre 2020
Chère Lysette

Quel magnifique livre ! Félicitations à tous les trois, Lysette, Maurice, et Manon. J'ai feuilleté ÉCRIRE AU COURANT DE LA PLUME, je me réjouis de commencer à le lire, à découvrir avec attention toutes les images, à serrer dans mes mains sa superbe couverture.

Monique B

***

Chère Lysette, 

Cette page couverture est invitante, douce. J’aime beaucoup les fleurs qui entourent la photographie de la jeune fille dont le sourire et le regard sont bien les tiens. Devant toi un livre, celui de la vie! Comme celui que tu proposes. En arrière de toi, une partie de la carte du Canada et de la région de ton enfance.
C’est une page couverture qui conduit à la réflexion, la paix, qui donne envie de connaître ce parcours de l’enfance à aujourd’hui.
  Cette page couverture est une réussite.
Je connais ta phrase stylée, claire et poétique. 
Je suis preneur tout de suite pour un exemplaire.
Félicitations, chère Lysette ! 
Écrire, c’est laisser son âme s’exprimer. 
On ne peut retenir notre souffle intérieur, c’est notre façon de rejoindre les autres.
Jean-Louis G.
***
  Félicitations pour ton dernier livre. Tu m’a déjà avoué ton inquiétude éprouvée lors de ton entrée dans le monde littéraire, mais tu as montré que tu y as ta place, pas seulement par le nombre d’ouvrages mais par le public. Nous avons chacun notre domaine d’écriture et notre style, mais je vois bien que les gens qui sont touchés par tes récits de vie captent une forme de Lumière, et, comme tu sais, j’ai un grand respect pour la Lumière avec une majuscule.
Daniel 
***      
7 décembre 2020 à 12 h 44
Quel beau roman! J'ai très hâte de lire ce troisième tome. Félicitations Lysette pour tout le travail mis dans la création du magnifique livre
'Écrire au courant de la plume'.
Caroline B.

***

Le 8 décembre 2020
Salut Lysette,
Nous venons de terminer la lecture de ton dernier livre.  Encore un beau livre où tous les styles se rencontrent pour capter notre intérêt.  Chaque chapitre est une nouvelle découverte et témoigne de tes talents de conteuse.  Comme toujours, tu n'es pas à court de sujets pour nous émouvoir.  Félicitations pour cette réussite!
Colette et Raynold ❤️❤️
***

Le 10 décembre 2020
Bonsoir Lysette,
Juste un petit mot pour t'annoncer que j'ai bien reçu ton livre "
Écrire au courant de la plume" cet après-midi et j'ai déjà lu les remerciements, l'Avant-Propos et "Les petits doigts de mon père"... et Je sais que je vais me régaler de bonnes lectures. MERCI.
Bien cordialement à vous deux,
Hédi B
***