Brûlants secrets de Marianne

"Marianne", une fresque historique

Le 6 septembre 2016


Une critique de Germain Dion
dans Facebook de :
Bûlants secrets de Marianne
« Marianne »,
de Lysette Brochu, une bonne fresque historique

http://www.germaindion.com/2016/09/06/marianne-de-lysette-brochu-bonne-fresque-historique/


Brûlants_couv_SoBook
LYSETTE BROCHU nous trace, dans Brûlants secrets de Marianne, une  fresque historique des difficultés multiples vécues par un couple francophone dysfonctionnel qui s’expatrie dans le Nord de l’Ontario pour ouvrir de nouvelles terres au début du XXe siècle.

Après leur mariage, le couple part de Fournier et Casselman, dans l’Est ontarien près d’Ottawa,  pour s’installer à Matheson, une communauté en développement située dans le Nord des défricheurs. Ils perdent tout dans le grand feu de forêt de 1916. Le titre du livre aurait fort bien pu être : « Brûlant destin de Marianne »
, au lieu deBrûlants secrets.  Lysette Brochu nous décrit avec tant d’émotion ce gigantesque incendie qu’on pourrait croire qu’elle s’est inspirée de celui de Fort McMurray, en Alberta, en 2016, sauf que c’est impossible. Elle a écrit son livre deux ans avant.

Marianne a souffert toute sa vie dans sa famille : alcoolisme du couple, incompréhension, absence du mari, trop d’enfants, neuf exactement, dont trois perdus en bas âge (y compris un né adultérin). En ces temps-là, la rigidité religieuse commandait d’accepter avec résignation les malheurs de la vie alors que les colons ne connaissaient ni électricité, ni eau courante ni radio.
Marianne encore enfant a perdu sa mère, atteinte de maladie mentale, et s’étant suicidée. Elle souffre elle-même du même mal. Son mari Albert – plus vieux qu’elle – la décrit, à un moment donné, comme une femme « toujours entre le 
up and down ». L’anglais se faufile sans cesse plus dans ce foyer.


Le père de Marianne, Fred, est un irresponsable qui a abusé d’elle jeune au moins une fois et qui s’en prend une autre fois à une de ses petites-filles. Relater surtout la première scène, au début du livre, constituait une scène difficile. Lysette Brochu s’en sort avec habileté, avec des mots explicites sans tomber dans l’exagération.

La Première Guerre mondiale s’infiltre comme par hasard dans ces régions éloignées par quelques  vieux journaux de Toronto qui atteignent ces terres en friche éloignées. Peut-on aurait-on dû en parler davantage ? Peut-être.

L’éloignement, le dénuement, le travail dur, la pauvreté et la nécessité de couper les « cennes » en quatre pour arriver résume la toile de fond du début. Ensuite la situation s’améliore. Mais les époux cèdent alors, l’un et l’autre, à d’autres dieux. Les enfants ne s’en trouvent que plus déchirés.

L’auteure, avant traiter ce sujet, son premier roman, a publié plusieurs livres pour enfants et au moins deux d’autobiographie. Originaire de Sudbury, elle connaît très bien l’Ontario; et elle y reste attachée. Cela paraît dans son inspiration.

Lysette a écrit Marianne en langue du peuple, le « canayen », par  choix volontaire et pour une raison d’authenticité. Accordons-lui le mérite d’une solide oreille musicale, car elle le transcrit très bien. Elle a enseigné toute sa vie. El elle demeure depuis décennies à Gatineau, au Québec, avec son mari.

N’escomptez pas uniquement de la détente en lisant ce roman. Certains passages, je le répète, sont pénibles. Mais le lire en vaut la peine car il nous met les points sur les 
i sur des réalités qui ont existé.

Et, entre nous,  Canada pour Canada, le Nord de l’Ontario à cette époque devait assez s’apparenter à l’Abitibi qui fut au Québec une autre terre de colonisation.

* *

De son côté, L’actualité(1) vient de rappeler ce 27 juillet 2016 le noir centenaire de ce sinistre feu de forêt de Matheson dans le Nord de l’Ontario, et de ses villages voisins, qui fit près de 225 morts. Tout n’était qu’une langue interminable de désolation. Il reste à ce jour l’incendie le plus meurtrier au Canada.

(1) Jonathan Trudel, « Mes racines incendiées », L’actualité, 27 juillet 2016.
 
LYSETTE BROCHU
Brûlants secrets de Marianne roman, 2014
Les Éditions du Vermillon 305, rue Saint-Patrick Ottawa ON K1N 5K5 613-241-4032     Fax : 613-241-3109 leseditionsduvermillon@rogers.com

*****

La revue Voix plurielles

Critique littéraire:
APFUCC_MAP_COLOR
Voix plurielles La revue Voix plurielles (ISSN 1925-0614) est la revue de l'Association des Professeur.e.s de français des universités et collèges canadiens. Elle publie des articles, des comptes-rendus et des notes de recherche de nature littéraire, linguistique, culturelle et pédagogique.
Voir la critique de Brûlants secrets de Marianne :
de Gabrielle Bonifaci
Le jeudi 7 mai 2015Brûlants_couv_SoBook
 http://brock.scholarsportal.info/journals /voixplurielles/article/viewFile/1213/1139

Ci-inclus le début de la critique: Brochu, Lysette. Brûlants secrets de Marianne. Ottawa : Vermillon, 2014. 279 p.

Les « brûlants secrets » de Marianne Morneau appartiennent à un personnage dont les antécédents littéraires sont, non seulement largement connus, mais également revendiqués dans le roman de Lysette Brochu. Ils renvoient essentiellement à des femmes sorties tout droit de célèbres romans qui ont mené leur vie fictive sous l’emprise de passions amoureuses contrariées tout comme chez la jeune Franco-Ontarienne du roman. La famille littéraire de Marianne Morneau comprend Maria Chapdelaine, la jeune Québécoise qui rêvait du coureur des bois François Paradis mais a dû se contenter d’Eutrope Gagnon ; Madame de Rênal dans Le rouge et le noir de Stendhal, qui, sous le poids des conventions sociales et religieuses, condamne son amant à la mort ; Emma Bovary, déçue par son mari et ses amants à tel point qu’elle se suicide en avalant de l’arsenic. Sauf que la vie de Marianne Morneau est bien plus douloureuse que celle de Maria Chapdelaine. L’héroïne de Brochu se mariera effectivement avec un homme du Nord…
...suite, voir le lien ci-haut...

*****

Les cinq coups de coeur de Paul-François Sylvestre

Semaine du 16 au 22 décembre 2014

Les cinq coups de coeur du chroniqueur
Paul-François Sylvestre - L'Express de Toronto

Brûlants secrets de Marianne, parmi les cinq coups de coeurdes 50 livres lus pendant l’année 2014, pour le chroniqueur Paul-François Sylvestre de l’Express de Toronto.
Voici l’hyperlien pour l’article dans L’Express,  semaine du 16 décembre au 22 décembre 2014
http://www.lexpress.to/archives/14798/

« Lysette Brochu, Brûlants secrets de Marianne, roman, Ottawa, Éditions du Vermillon.

La Marianne du titre entame sa vie adulte dans l’Est ontarien en cachant à son mari deux terribles secrets qui vont la hanter une fois établie dans le Nord, voire la plonger constamment dans «des périodes d’errance et de désespoir absolu».

Le roman peint un vibrant portrait des années de colonisation dans le Nord ontarien, lesquelles coïncident avec la Première Guerre mondiale, la grippe espagnole et de grands incendies de juillet 1916 et octobre 1922. Avec
Brûlants secrets de Marianne, Lysette Brochu a réussi à évoquer avec brio toute une page de notre histoire. »
****

ENTRE NOUS, ROGERS TV

Huitième chronique
Rogers télé-Ottawa, émission Entre nous.
Publié le 18 juin 2014
par 
bourgonm
 
Critique littéraire
Brûlants_couv_SoBook
Brûlants secrets de Marianne de Lysette Brochu
aux Éditions du Vermillon.

Lysette, tout le monde la connaît. Elle a écrit toute sa vie. Elle a même écrit sa vie dans Parfum de rose et de tabac. Elle nous revient avec son tout premier roman et ma foi, c’est vraiment une réussite. Dès le début de l’histoire, la mère de Marianne va se pendre. Elle souffre de maladie mentale ( bi-polarité). Marianne va grandir seule, quasi orpheline, placée par son oncle et sa tante dans un pensionnat dirigé par les sœurs. Lors d’une sortie, elle subira les gestes déplacés de son père et elle n’oubliera jamais. Voilà pour l’intrigue. Mais ce qui est absolument magnifique dans ce roman, c’est le tableau de mœurs que Lysette Brochu brosse. On revoit toutes les coutumes de l’époque, la vie courageuse des femmes franco-ontariennes, obligées de vivre leurs espérances loin de toutes commodités. Tout cela est excellemment bien décrit. On vit avec les personnages, on ressent leurs émotions, leurs angoisses.
Le langage, émaillé de régionalismes est savoureux. On le déguste à grandes lampées. Un livre à lire avec ouverture et curiosité. Un livre qui doit rendre fier d’être franco-ontarien.
Bravo Lysette !
Pour poster un commentaire, voir: https://bourgonm.wordpress.com/2014/06/18/huitieme-chronique-rogers-tele-ottawa-emission-entre-nous/

*****


L'Express du grand Toronto


L’EXPRESS,

l’hebdo des FRANCOPHONES DU GRAND TORONTO

Fresque dramatique développée avec brio
Par Paul-François Sylvestre – Semaine du 27 mai au 2 juin 2014

Lysette Brochu, Brûlants secrets de Marianne, roman, Ottawa, Éditions du Vermillon, 2014, 282 pages, 20 $.

Après avoir signé quinze ouvrages, surtout des livres pour enfants et élèves du primaire, ainsi que des récits ou tableaux de vie, la Franco-Ontarienne Lysette Brochu nous offre un roman pour grand public. Elle relève ce défi avec brio en publiant Brûlants secrets de Marianne, une fresque dramatique qui s’étend de 1894 à 1934 et qui nous promène de Fournier, Casselman et Vankleek Hill (Est ontarien) à Cobalt, Matheson et Kirkland Lake (Nord-Est ontarien).

La Marianne du titre entame sa vie adulte en épousant Albert Sirois et en lui cachant deux terribles secrets (que je ne dévoilerai point pour ne pas gâcher votre plaisir de lecture). Disons tout simplement que ces deux brûlants secrets non confessés sont aussi pesants qu’une chape de plomb. Ils traumatisent la jeune femme et la plongent constamment dans «des périodes d’errance et de désespoir absolu».

Le roman peint un vibrant portrait des années de colonisation dans le Nord ontarien, lesquelles coïncident avec la Première Guerre mondiale, la grippe espagnole et de grands incendies.

Le 29 juillet 1916, un effroyable sinistre détruit plus de 500 000 acres dans la région de Matheson; le nombre de victimes s’élève à 300 et 500 familles perdent tout ce qu’elles possédaient.

Le 4 octobre 1922, un autre incendie détruit presque tout le sud de Haileybury et le village de North-Cobalt. Le bilan s’avère lourd: 18 cantons ravagés, 33 morts, 1 565 logis incendiés, 6 566 personnes sans abri.

La romancière écrit que «des familles erraient, dans le dénuement complet, privées de vêtements, de nourriture, de logement. Tant de victimes avaient vu des proches se transformer en torches vivantes.»

Ce roman rappelle la période du Règlement 17 (1912-1927) où l’enseignement en français était à toutes fins utiles banni en Ontario. Albert Sirois se dit que le prix à payer pour vivre à Matheson, en 1918, c’est d’envoyer son enfant à une école anglaise. Il n’y voit rien de mal car c’est la langue des «gros boss. Tu vas pas loin dans vie si tu sais parler la langue des patrons.»

Son épouse Marianne ne partage pas cet avis, bien au contraire. Pour elle, la langue est la gardienne de la foi. Et la lecture demeure un puissant levier culturel. Même si elle n’a terminé que sa huitième année, elle sait enseigner le français à ses huit enfants (elle en a perdu trois autres en bas âges).

La progéniture de Marianne porte des noms comme Rose, Lionel, Muguette ou Laurier. Plusieurs personnes adultes du roman, eux, sont affublés de prénoms plus colorés: Mastaï, Démerise, Orphir ou Dorilda.

Lysette Brochu colore son récit de dialogues qui semblent très réalistes ou typiques de l’époque. En voici un exemple: «Mon Dieu! bretter d’même, c’est à croire qu’y reviendra pas. Y’a belle lurette qu’y aurait dû ersoude, y’ambitionne su’ l’pain bénit.»

Chaque chapitre du roman est coiffé d’une citation d’un auteur, le plus souvent franco-ontarien. En exergue du chapitre 25, on peut lire ce mot de Stefan Psenak: «c’est pas les prétexte qui manquent pour être malheureux». De toute évidence, Marianne n’a jamais pu oublier le passé, faire un trait sur les vieilles blessures et choisir d’être heureuse.

Elle est aux prises avec des «humeurs étranges», ce qui semble presque invariablement attirer la misère sur sa famille. Cette fresque dramatique – je ne vous le cache point – a une fin tragique…

Je vous signale, en passant, qu’on trouve à la fin du livre un glossaire renfermant des expressions, régionalismes ou anglicismes. En voici quelques exemples: hand-me-downs (vêtements usagés), instipoller (être indigné, vexé, insulté), lessi (eau de lessive faite à partir de cendres), ouaguinne (wagon prononcé à l’anglaise).

Avec Brûlants secrets de Marianne, Lysette Brochu a réussi à évoquer avec brio toute une page de notre histoire. Elle est une digne descendante d’Hélène Brodeur.

*****

Culture hebdo


http://www.culturehebdo.com/livres-avril-2014.htm
(chercher vers la fin des critiques)
Agence de presse culturelle destinée aux hebdos régionaux de la province
Co-chefs de pupitres:
Daniel Rolland et Sylvain Champagne

Brûlants_couv_SoBook
Pauvre Marianne C’était une jeune fille qui avait d’autres aspirations, cette Marianne qui a perdu sa mère lorsqu’elle était âgée d’à peine trois ans. Elle sera élevée chez une tante à Casselman en Ontario puis dans un couvent. Elle a huit ans quand son père réapparait finalement. Marianne voulait entreprendre des études, il n’en sera plus question puisque le père la traine dans une région minière. A quinze ans elle rencontre Albert qui a dix ans de plus qu’elle. Ils vont se marier. Avec des naissances à répétition et des mort-nés. Et la misère qui colle à leur peau. C’est du Zola franco-ontarien. Avec Brûlants secrets de Marianne c’est aussi en toile de fond l’existence difficile des franco-ontariens. Quel grand roman! On pense à toutes ces femmes qui sont passées à côté de leur existence pour répondre aux codes sociaux exigés. Et toujours le manque de ressources financières.
Brûlants secrets de Marianne. Lysette Brochu. Vermillon

*****

TFO-Entre-les-lignes


affichebru0302lantssecrets

BRÛLANTS SECRETS DE MARIANNE
Éditeur : DU VERMILLON
Auteur :
Brochu, Lysette
Collection :
Roman
Statut :
disponible en librairie et
en ligne...

ISBN :
9781771201476
Prix :
 20,00 $

Ce roman 
raconte la vie dure et impitoyable de Marianne. Dès l’âge de trois ans, elle est éprouvée par la mort soudaine de sa mère. Placée d’abord chez une tante puis dans un couvent, elle rêve de retrouver son père. Elle n'a que huit ans lorsque sa vie bascule encore une fois dans le monde des cauchemars. Avec les années, si elle refoule ce qui s’est passé, elle manifeste de plus en plus des troubles d’humeurs étranges qui ne feront qu'empirer au fil du temps. Le beau Albert, dix ans plus vieux qu'elle, la demande en mariage et l’amène vivre sur une terre de colonisation, dans le Nord de l’Ontario. L'idéal romantique de la jeune fille de 15 ans est vite déçu. Pour elle, c'est l'enfer ! Les villes de Fournier, de Casselman, de Vankleek Hill, de Cobalt, de Englehart, de Saint-Charles, de Matheson et de Kirkland Lake sont le théâtre de cette histoire tragique qui se déroule entre 1894 et 1934.

Ce roman est ancré dans les débuts de l’Ontario français.

«Brûlants secrets de Marianne» est l’histoire d’une femme qui est arrivée dans le Nord de l’Ontario à l’âge de 15 ans.

L’isolement. Une famille nombreuse. Des secrets brûlants. L’histoire de Marianne ne laissera personne indifférent…"


C
ritique du roman de Lysette à l’émission

Entre les lignes animée par Gisèle Quenneville (TFO) —
au chrono. 3 :06 à 10 :09.


http://www3.tfo.org/videos/00213614/entre-les-lignes

Le profil de Lysette sur les Elles du Nord :
http://wp.me/p2nDZQ-dg

*****